Isoflavones : Quels bénéfices et indications pour la santé ?

Les Isoflavones, qu’est-ce que c’est ?

Les Isoflavones de Soja sont une source de protéines qui dispose de nombreux effets importants sur le corps humain. Constitués d’éléments chimiques végétales et naturels, ils possèdent des propriétés phytoœstrogènes qui peuvent être bénéfiques à la santé. Elles sont utilisées dans un cadre préventif pour réduire le vieillissement de l’organisme, en particulier celui des femmes.

Parmi les légumineux qui contiennent des isoflavones, le soya est celui qui en contient la plus grande quantité. En fonction du traitement qui transforme le haricot, la proportion en isoflavones est plus ou moins importante.

Fiche identité

  • Nom commun : isoflavones de soja

Rôle des isoflavones dans l’alimentation

Il faut corréler les études sur les isoflavones de soja avec celles sur l’activité oestrogénique des plantes, découverte dans les années 80. Certaines plantes possèdent une structure moléculaire et une action semblable à celle des œstrogènes qui sont les hormones féminines.

En ce qui concerne les isoflavones de soja, ils ont longtemps été soupçonnés d’avoir une action négative sur certains cancers, l’appareil reproductif ou la thyroïde.

Cependant, les recherches de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis à validé l’autorisation d’utiliser une mention relative à la santé, sous certaines conditions.

isoflavones, quels bienfaits pour les femmes
isoflavones, quels bienfaits pour la santé ?

Le soja, un légumineux aux isoflavones

Le soja est un légumineux consommé partout dans le monde et originaire d’Asie. Les fèves de soja ne peuvent se consommer telles qu’elles et doivent être transformées avant d’être ingérées. On trouve le soja sous différentes formes dans notre assiette (tofu, sauces, steaks végétaux, desserts, jus…). Cette source de protéines végétales est un très bon compromis pour compenser une partie des protéines animales que nous consommons de moins en moins de nos jours.

En effet, les régimes végans, végétariens, végétaliens nécessitent une source de protéines qui n’est plus apportées par les viandes. C’est pourquoi une complémentation en isoflavones de soja et tout à fait indiquer dans ces cas de régimes alimentaires.

Par exemple, si les protéines sont extraites par un procédé à l’eau, il y a plus d’isoflavones que s’il l’extraction est faite à base d’alcool.

Les isoflavones sont-ils bons ou mauvais pour la santé ?

Une alimentation équilibrée nécessite qu’elle contienne suffisamment de protéines, de minéraux et de vitamines. C’est pourquoi le soja n’est pas suffisant à lui seul à combler les besoins nutritionnels quotidiens. En effet, il est dépourvu de calcium, de vitamine B12 et D et de fer. Pensez à toujours respecter un bon équilibre alimentaire en variant les sources de nutriments.

Quels aliments contiennent des isoflavones ?

L’alimentation occidentale peut apporter à l’organisme de très petites quantités d’isoflavones, bien moins importantes qu’en Asie. La raison est que nous consommons beaucoup moins de produits à base de soja que les populations asiatiques (environ 10 à 20 fois moins).

Cependant, vous en trouverez dans la farine ou les haricots de soja, le tofu, le miso et les boissons préparées à base de soja ainsi que certaines crèmes desserts.

Fonctionnement des isoflavones

Une fois ingérés, les isoflavones se comportent comme les hormones œstrogènes. Ces substances chimiques naturelles dites « phytooestrogéniques » agissent avec moins d’intensité que les œstrogènes produits par le corps. En fonction des personnes, les effets des isoflavones rétablissent l’équilibre hormonal en stoppant les effets négatifs des œstrogènes naturels.

Les 2 phytoestrogènes importants du soja sont la daidzéine et la génistéine. Ils jouent un rôle important pour appréhender la ménopause en réduisant les effets des changements hormonaux dans de meilleures conditions. Des études Canadiennes ont émis l’hypothèse de l’effet positif des isoflavones sur certains cancers. Il semble également qu’ils agissent avec efficacité en réduisant les risques de maladies coronariennes

Une complémentation saine et nourrissante

Le soja à la réputation d’être un super aliment très nourrissant et très sain. Il est de plus en plus incorporé dans les nouvelles recettes végétariennes. Très nourrissant, le soja s’utilise remplace d’autres sources de protéines animales qu’on trouve normalement dans le poisson, la viande, le poulet ou les œufs. C’est aussi un bon aliment pour varier son alimentation tout en ayant les nutriments essentiels à une bonne santé.

Très rassurantes, les différentes études montrent que le soja est bénéfique à la santé, qu’il est sans danger et que sa forte teneur en isoflavones apporte une protection contre certains risques de maladies et de cancers. Son rôle protecteur sur les appareils reproducteurs et la fertilité a été démontré lors de plusieurs études. 

6 bienfaits apportés par les isoflavones de soja

Selon certains experts santé, les isoflavones sont bénéfiques au corps humain dès lors que leur consommation ne dépasse pas la quantité quotidienne de 1gr/kilo de poids du corps. Cependant en Asie par exemple, on les ingère en plus grande quantité et cela ne pose aucun problème.

D’autres études ont fixé le dosage entre 60 et 160 mg par jour en fonction du poids. Les effets de ces actifs protéinés sont bénéfiques à plusieurs titres :

  1. Fonctions cognitives
  2. Symptômes de la ménopause
  3. Ostéoporose
  4. Cancer du sein
  5. Système cardiovasculaire
  6. Antioxydants
  7. Cancer de la prostate
  8. Cancer colorectal
  9. Contrôle du poids

1 Amélioration des fonctions cognitives.

Les fonctions cognitives sont les aptitudes que possède notre cerveau pour la compréhension, la concentration, le raisonnement et la mémorisation d’informations nouvelles. Elles nous sont indispensables pour avoir un raisonnement sensé et s’adapter à notre environnement social. La plupart des essais cliniques ont montré que les isoflavones augmentent les performances cognitives.

2 Réduire les symptômes de la ménopause

Les isoflavones sont-elles efficaces pour réduire les bouffées de chaleur des femmes ménopausées ? Cette allégation ne semble pas fondée et aucune étude sérieuse n’a pu en démontrer l’efficacité.

Cependant, d’autres essais doivent être menés afin d’établir une méthodologie plus stricte quant aux quantités d’isoflavones qui doivent être administrées aux femmes ménopausées. Cela s’explique par la présence d’Equol, un isoflavandiol œstrogène métabolisé par la flore intestinale à partir de la daidzéine contenu dans le soja.

3 Réduction des symptômes de l’ostéoporose

Cette maladie osseuse touche surtout les femmes après 65 ans, donc ménopausées. Elle est qualifiée par une diminution de la densité de l’os et une augmentation de la fragilité osseuse. Elle entraine un risque accru de factures du col du fémur, du poignet voire des vertèbres.

Les études semblaient montrer qu’une quantité d’isoflavones comprise entre 90 et 120mg par jour avaient un effet sur l’ostéoporose des femmes en préménopause et après leur ménopause. Cependant, les chercheurs ne sont pas unanimes faces aux résultats et les autres protéines végétales pourraient avoir les mêmes effets.

4 Réduction des risques de cancer du sein

Toujours grâce aux flavonoides, il a été constaté que les femmes qui consomment plus de produits extraits du soja diminuent les risques de cancer du sein. Pour illustrer ce constat, le nombre de cancer du sein et moins important chez les femmes asiatiques que chez les occidentales.

Cependant, il est nécessaire que la consommation d’isoflavones soit supérieure à 20 mg par jour pour présenter des résultats significatifs. Par exemple, les femmes qui dès l’enfance consomment plus de soja sont moins exposées aux risques de cancer du sein que les autres. Bien sûr, d’autres critères interviennent sur les effets de cette substance sur les cancers du sein. Il faut tenir compte du bilan hormonal et de la réaction de la tumeur aux œstrogènes. Les résultats des études sont encore controversés.

– Recommandé pour son rôle préventif

Depuis 2012, les recommandations médicales américaines indiquent que le soja joue un rôle préventif sur le cancer du sein, d’autant plus efficace sur les femmes ménopausées.

5 Améliorer le système cardiovasculaire

Les études sur les maladies cardiovasculaires sont très nombreuses tant les risques sont importants pour la santé. Certaines notamment ont démontrées dès les années 60 qu’une alimentation riche en soja agit directement sur la santé cardiovasculaire. Il s’agit ici de remplacer les protéines animales par des protéines végétales. Ceci a pour effet une réduction du taux de mauvais cholestérol LDL d’environ 14%.

Une consommation de 25gr par jour de protéines de soja diminue le niveau de lipides dans le sang. Par conséquent, elle diminue donc les risques d’être exposé à des maladies cardiovasculaires. Cette réduction des risques de maladies cardiovasculaires pourrait être dues à l’action des isoflavones qui réduisent le taux de lipides dans le sang.

La Food and Drug Administration des Etats-Unis à compilé des preuves scientifiques provenant de plus de 50 études. Par ailleurs la mention “peut diminuer le risque de maladie cardiaque”” est autorisée sur les emballages alimentaires quand il contiennent au moins 6,25 g. de protéines de soja par portion.

6 Action antioxydant des flavonoïdes

Les flavonoïdes exercent un puissant pouvoir antioxydant qui améliore la tonicité des vaisseaux sanguins. Cela à un effet hypocholestérolémiant avec pour conséquence de réduire l’artériosclérose.

De nombreuses analyses ont également permis d’affirmer que les isoflavones extrait du soja utilisés en remplacement des protéines animales diminuent le taux de cholestérol total et de LDL-cholestérol de manière significative.

– Quelle quantité pour un rôle antioxydant plus efficace ?

Autre constat très intéressant, les effets des protéines extraites du soja augmentent proportionnellement aux doses administrées. Par ailleurs, c’est quand elles remplacent totalement les protéines animales qu’elles sont encore plus efficaces sur la santé cardiovasculaire. Cela s’explique facilement puisque les protéines d’origines animales contiennent beaucoup de graisses saturées et de cholestérol. A l’inverse, le soja et ses dérivés contiennent beaucoup de fibres, de minéraux et de vitamines avec une teneur en gras saturée et en cholestérol minimale.

7 Diminuer les risques de cancer de la prostate

Selon plusieurs résultats d’études épidémiologiques, les hommes vivant dans les pays asiatiques sont moins exposés au cancer de la prostate. Rien de très étonnant quand on sait que le soja et ses dérivés sont des aliments de base en Asie.

Cette réduction d’une menace de cancer de la prostate est attribuée à 2 molécules (génistéine et daidzéine) et du mode de fermentation du soja. Les études cliniques donnent de bons espoirs pour que la génistéine soit préconisée dans les traitements de certains cancers. Elles doivent encore être validées scientifiquement. L’efficacité des isoflavones du soya réduirait donc les risques de cancer de la prostate à ce stade des connaissances.

8 Cancer colorectal chez la femme

Une plus grande quantité d’isoflavones de soja engendre une diminution du nombre de cancer du colon (chez la femme uniquement). Ceci à pu être mis en exergue lors d’une analyse sur les effets des isoflavones sur les tumeurs malignes de la muqueuse du côlon (paroi interne) ou du rectum.

9 Contrôle du poids

La question sur l’efficience de la consommation de soja pour réduire le poids est souvent posée. En fait, s’il est efficace, c’est parce que le soja est souvent associé à des régimes hypocaloriques. C’est aussi un aliment qui vient se substituer à la viande, beaucoup plus riche en gras et en calories.

Consommation – posologie

Le complément alimentaire d’isoflavones de soja en vente dans notre boutique est de la marque Nature Essential (bio-dis). Sa contenance est de 87.5 mg d’Isoflavones et 1 gélule par jour est préconisée.

Les protéines de soja peuvent-elles remplacer celles de la viande ? 

De nombreuses personnes choisissent de se passer de viande, que ce soit pour des raisons éthiques ou simplement par goûts. Pour autant, il faut bien pouvoir remplacer les protéines animales qui disparaissent du nouveau régime alimentaire. Pour cela, choisir des isoflavones de soja parait judicieux puisque c’est le végétal le plus riche en protéines.

L’organisme assimile très bien les protéines du soja ce qui permet de les substituer aux protéines animales. A titre de comparaison, manger 100gr de tofu équivaux à environ 80gr de viande ou de poisson. De plus, leur richesse en acides aminés essentiels pour l’organisme apporte de nombreux éléments nutritionnels.

Pour que le soja remplace la viande rouge, il est nécessaire d’avoir une alimentation adaptée et si besoin d’une complémentation sous forme de gélules. L’avantage de ce produit et qu’il apporte les bonnes protéines et des minéraux mais est très pauvre en glucides et en calories.

Risques, contre-indications, effets indésirables des isoflavones de soja

Est-ce que les isoflavones de soja sont des perturbateurs endocriniens ?

En 2005, l’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) rendait responsable le soja d’éventuels risques hormonaux. Ceci à été contredit par des études plus récentes. Elles ont démontré que le soja n’est en aucun un perturbateur endocrinien, ni chez l’homme, ni chez la femme, ni chez l’enfant. L’effet hormonal du soja se révèle par un léger allongement de la durée des règles, de l’ordre d’un en moyenne.

Personnes suivies pour leur thyroïde

Les personnes souffrant de problèmes thyroïdiens ou suivies médicalement pour cette pathologie doivent consulter leur médecin pour savoir si les isoflavones peuvent leur être conseillée. En effet, une posologie mal adaptée est susceptible d’augmenter le taux de TSH (thyroid-stimulating hormone) avec un risque probable d’interaction.

De manière plus générale, des sources alimentaires extraites du soja peuvent avoir une petite influence sur la fonction thyroïdienne, particulièrement chez les individus carencés en iode.

Interaction avec des médicaments

Il peut exister une interaction avec la prise d’isoflavones de soja. La liste non-exhaustive des traitements suivants doivent vous alerter avant toute consommation de ce produit :

  • Médication thyroïdienne, traitement pour l’ostéoporose et le cancer, antibiotiques.

Contre-indications

  • Déconseillé aux femmes enceintes.

Effets indésirables possibles

  • Constipation, ballonnements et nausées sont possibles.
  • Rougeur, démangeaisons et symptômes asthmatique chez les personnes allergiques au soya.